La rénovation énergétique à Paris et en Île-de-France : état des lieux et enjeux

renovation-energetique-travaux

La rénovation énergétique fait partie des principales solutions envisageables pour réduire la consommation d’énergie d’un bâtiment. À Paris et en Île-de-France, il s’agit d’un enjeu de taille pour les prochaines années. Voici tout ce que vous devez savoir sur le sujet.

La situation énergétique actuelle des logements à Paris et de la région Île-de-France

Un grand nombre de passoires énergétiques

Les régions de l’île de France (SuresnesIvry-sur-SeineMontreuilLevallois-Perret et Aubervilliers) ou  Paris sont bien à l’image de la tendance nationale au niveau de l’efficacité énergétique des bâtiments. On constate en effet que 38 % des biens sont considérés comme trop énergivores, avec un DPE (Diagnostic de Performance Energétique à Paris) souvent classé E. Sans surprise, c’est la ville de Paris qui comptabilise le plus de passoires énergétiques (20%) du fait de son parc immobilier ancien. La dynamique est globalement similaire en Île-de-France, avec toutefois un développement plus important des constructions neuves dans les autres départements. La rénovation énergétique est donc une réelle priorité dans toute la région pour améliorer les performances des logements anciens.

renovation-energetique-paris

Un budget conséquent accordé aux travaux de rénovation énergétique

Que ce soit en Île-de-France ou partout ailleurs sur le territoire français, la rénovation énergétique est encouragée par des aides financières de l’Etat. L’une des principales mesures ayant été mises en place est le dispositif CEE (Certificats d’Economies d’Energie) imposé aux sociétés liées à l’énergie. En l’occurrence, la région affiche d’assez bons résultats à ce niveau. En 4 ans, plus d’un milliard d’euros a été versé pour les projets de rénovation énergétique dans la région Île-de-France. On estime que cela a permis d’économiser 190 TW d’énergie. Notez que si vous souhaitez faire des économies facilement à l’échelle de votre foyer, il est important d’opter pour le fournisseur d’énergie le moins cher.

Lire:  Diagnostic immobilier : les bonnes pratiques

Peu de professionnels RGE

Pour entreprendre des travaux de rénovation énergétique avec fiabilité et bénéficier d’aides financières, il est nécessaire de faire appel à un professionnel certifié RGE (Reconnu Garant de l’Environnement). On remarque que le nombre d’artisans disposant de cette certification est relativement faible en Île-de-France. En effet, cela concerne seulement 1,8 % des 255 500 sociétés du bâtiment soit environ 4 550 entreprises. Pourtant, la situation ne semble pas préoccupante dans la région. Seule la ville de Paris est sujet à des tensions artisanales dans le secteur du bâtiment. Par ailleurs, les différents domaines d’activité (chauffage, isolation…) sont globalement bien représentés.

Les enjeux de la rénovation énergétique en Île-de-France

Un DPE vente ou location ayant pour l’instant peu d’impact sur le marché

L’une des principales utilités du DPE est d’informer les futurs acquéreurs d’un bien sur son efficacité énergétique. Il est réalisé pour le compte du propriétaire et a une durée de validité limitée. En fonction du score affiché sur l’étiquette énergie et l’étiquette climat, la valeur du logement peut donc varier. On remarque cependant que l’impact du DPE sur la vente et la location de biens immobiliers est pour le moment assez faible. Cela peut s’expliquer par la rareté des habitations disponibles dans la capitale ainsi que la difficulté à négocier les prix. D’autres critères sont davantage déterminants dans le choix d’un logement comme son architecture et sa localisation. Besoin de conseils pour réduire votre facture d’énergie ? Rendez-vous sur ce site. Vous pouvez demander un devis pour connaître le prix de votre DPE.

Lire:  Acheter un immeuble : ce qu’il faut savoir avant de se lancer

Une réglementation de plus en plus stricte

Afin de répondre aux enjeux de la transition énergétique, l’Etat prévoit une mise en place progressive de plusieurs restrictions sur le marché immobilier. Tout d’abord, les logements avec un DPE classé G seront considérés comme indécents à partir de 2025. Viendra ensuite le tour des logements classés F en 2028 et ceux classés E en 2034. Pour rappel, un logement qualifié d’indécent est interdit à la location. Le but est donc de fixer de nouvelles normes et d’inciter les propriétaires bailleurs à entreprendre des travaux de rénovation énergétique. Il est donc conseillé de demander un devis pour le prix d’un DPE. À Paris, 308 300 ménages locataires du parc privé sont potentiellement concernés. Vous avez prévu de déménager ? Découvrez ici les démarches à effectuer pour votre compteur électrique.

L’objectif neutralité carbone d’ici 2050

L’enjeu principal derrière la rénovation énergétique est de diminuer drastiquement les émissions de CO2 à l’échelle nationale pour atteindre la neutralité carbone d’ici 2050. On rappelle que le secteur du bâtiment résidentiel et tertiaire représente 45% de la part de consommation finale d’énergie, soit 27% d’émissions de gaz à effet de serre. En tant que région la plus peuplée du pays (12 millions d’habitants), l’Île-de-France est au centre de l’attention. C’est pourquoi il est important de prendre les dispositions nécessaires pour améliorer les performances énergétiques des bâtiments dans cette zone.

Picture of Ichaï Lahmi
Ichaï Lahmi
Diagnostiqueur immobilier professionnel certifié et associé chez Heydiag. Ishaï vous informe surtout les diagnostics immobiliers obligatoires pour la vente ou pour la location pour notre société de diagnostic opérant à Paris et en Ile-de France.