Diagnostic Immobilier SÈVRES

Share on facebook
Share on linkedin
Share on whatsapp

Pour tous vos diagnostics immobiliers pour un achat ou une location d’appartement ou de maison à SÈVRESfaites appel à Heydiag au 09 77 77 36 99 ou par email à contact@heydiag.fr .

Heydiag Diagnostic immobilier intervient à SÈVRES pour tous vos diagnostics par exemple:
Diagnostic Amiante

Diagnostic Assainissement

Diagnostic Électricité

Diagnostic Plomb

Diagnostic Termites

Diagnostic de Performance Énergétique (DPE)

Diagnostic gaz

Etat des Risques Pollution (ERP)

Loi Carrez

Diagnostic Loi Boutin

Sèvres (/ˈsɛvrə/, français : [sɛvʁ] (A propos de cette écoute)) est une commune de la banlieue sud-ouest de Paris, en France. Elle est située à 9,9 kilomètres du centre de Paris et se trouve dans le département des Hauts-de-Seine, en Île-de-France.

La commune est connue pour sa célèbre production de porcelaine à la Manufacture nationale de Sèvres, qui a également été le lieu de la signature du Traité de Sèvres, qui a avorté.

Géographie
Lieu

Les rives de la Seine au début du XXe siècle. A cette époque, le fleuve était un axe de transport important, et les navettes fluviales, que l’on peut voir ici sur la jetée, assuraient le transport des passagers vers Paris.
Sèvres est une commune de la banlieue ouest de Paris, à 10,5 km à l’ouest de la cathédrale Notre-Dame de Paris[3], avec une bordure orientale en bordure de la Seine. La commune est limitrophe de l’île Seguin, une île de la Seine, sur la commune de Boulogne-Billancourt, limitrophe de Sèvres.

Situation de Sèvres

Carte de la commune

Vue de la commune de Sèvres en rouge sur la carte de Paris et de la “Petite Couronne”

Lieux adjacents à Sèvres
Géologie et formes de relief
La superficie de la commune est de 391 hectares. L’altitude varie entre 27 et 171 mètres[4].

Les travaux à Sèvres, notamment pour la construction de la voie rapide, ont permis de mettre à jour des fossiles intéressants dans différentes couches géologiques. Par exemple, dans la craie, on a trouvé des oursins, des becs de bélemnite, des rhynchonelles et des huîtres ; dans le calcaire grossier, des ammonites[5].

Hydrographie
La Seine
Le Ru de Marivel qui se jette dans la Seine à 80 mètres en amont du Pont de Sèvres [6].
Climat
Le climat de l’île-de-France est océanique. Les stations d’observation météorologique les plus populaires de Sèvres sont les aéroports d’Orly et de Vélizy-Villacoublay[7].

Le climat dans les départements de la petite couronne parisienne est caractérisé par un ensoleillement et des précipitations relativement faibles. Le tableau suivant permet de comparer le climat de l’île-de-France avec celui de certaines grandes villes françaises :

Comparaison des conditions météorologiques
Le soleil de la ville
(hrs/an) Pluie
(mm/an) Neige
(jours/an) Tempête
(jours/an) Brouillard
(jours/an)
Moyenne nationale 1973 770 14 22 40
Orly [8] 1797 615 16 20 31
Paris 1661 637 12 18 10
Nice 2724 733 1 29 1
Strasbourg 1693 665 29 29 53
Brest 1605 1211 7 12 75
Le tableau suivant présente les moyennes mensuelles de température et de précipitations pour la station d’Orly recueillies sur la période 1961-1990 :

Données climatiques pour l’île-de-France (station d’Orly 1961-1990)
Mois Jan Fév Mar Avr Mai Juin Juil Août Sep Oct Nov Déc Année
Moyenne élevée °C 5,8 7,5 10,7 14,2 18,1 21,5 24,0 23,8 20,9 15,9 9,8 6,6 14,9
Moyenne journalière °C 3,3 4,4 6,8 9,8 13,5 16,7 18,9 18,6 16,0 11,9 6,8 4,1 10,9
Moyenne basse °C 0,7 1,3 3,0 5,3 8,8 11,9 13,8 13,4 11,2 7,9 3,8 1,6 6,9
Précipitations moyennes mm 51,9 44,8 50,8 46,6 57,8 50,5 50,1 46,5 52,0 53,2 58,1 53,1 615,4
Moyenne élevée °F 42,4 45,5 51,3 57,6 64,6 70,7 75,2 74,8 69,6 60,6 49,6 43,9 58,8
Moyenne journalière °F 37,9 39,9 44,2 49,6 56,3 62,1 66,0 65,5 60,8 53,4 44,2 39,4 51,6
Moyenne basse °F 33,3 34,3 37,4 41,5 47,8 53,4 56,8 56,1 52,2 46,2 38,8 34,9 44,4
Moyenne des précipitations en pouces 2,04 1,76 2,00 1,83 2,28 1,99 1,97 1,83 2,05 2,09 2,29 2,09 24,23
Humidité relative moyenne (%) 86 80 76 72 72 71 70 71 77 83 86 86 78
Source : Infoclimat [9]
Enregistrements météorologiques en Île-de-France (station d’Orly 1961-1990)
Mois Jan Fév Mar Avr Mai Juin Juil Août Sept Oct Nov Déc
Nombre de jours avec gel 12,4 10,3 7,0 1,6 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,2 5,4 11,6
Source : Infoclimat[9]
Données climatiques pour l’île-de-France (station d’Orly 1961-1990)
Mois Jan Fév Mar Avr Mai Juin Juil Août Sep Oct Nov Déc Année
Record élevé °C 16,5 20,0 24,5 29,4 35,0 37,0 39,2 40,0 33,0 31,3 20,1 17,3 40,0
Minimum record °C -16,8 -15,0 -9,4 -4,3 -1,3 3,2 6,7 5,6 1,7 3,9 -9,6 -13,3 -16,8
Maximum record °F 61,7 68,0 76,1 84,9 95,0 98,6 102,6 104,0 91,4 88,3 68,2 63,1 104,0
Faible record °F 1,8 5,0 15,1 24,3 29,7 37,8 44,1 42,1 35,1 39,0 14,7 8,1

Voies de communication et de transport
Routes
Sèvres est traversée de part en part par la RN 10, aujourd’hui déclassée et permettant de relier la ville à Boulogne-Billancourt et Chaville. Elle est également le point de départ de la RN 118 au niveau du Pont de Sèvres.

Les pistes cyclables
Sèvres présente une artère principale de circulation qui supporte un important trafic de transit aux heures de pointe du matin et du soir. Cela permet de préserver sa vocation résidentielle secondaire de subir les effets négatifs du trafic de transit, et sur laquelle la zone d’aménagement 30 était à l’étude, dès 2007[10]. La mairie a cependant lancé une réflexion sur ces axes de partage des espaces publics en faveur des liaisons douces (trottoirs confortables, si possible avec l’aménagement de pistes cyclables) et de l’utilisation des transports en commun là où ils passent (arrêts de bus confortables, création de sites propres lorsque les conditions techniques le permettent)[11]. Depuis novembre 2011, quinze rues sont équipées de pistes cyclables à double sens. Elles font l’objet d’un marquage au sol et de la mise en place de panneaux de signalisation spécifiques :

Avenue de la Cristallerie
Rue Brancas, entre la rue de Ville-d’Avray et la rue Bernard-Palissy
Grande Rue, entre la rue de Ville-d’Avray et la place Gabriel-Péri
Rue du Docteur Gabriel-Ledermann, entre la rue de Rueil et la rue Jules Sandeau
Rue Riocreux, entre la place Pierre-Brossolette et la rue de Ville d’Avray
Rue Brongniart
Rue Léon Journault (entre l’avenue Camille Sée et la Sente Brézin) puis rue Victor-Hugo
Rue des Bas-Tillets entre la rue Benoît Malon et la rue de la Garenne
Rue Albert Dammouse, entre la rue Avice et le Stade des Fontaines
Rue Rouget-de-l’Isle
Rue Jules-Ferry
Rue du Docteur Roux
Rue Charles-Vaillant
Rue Jean-Jaurès
Rue des Verrières
Transports publics
Lignes de bus 169, 171, 179 et 426 du réseau de bus de la RATP, ligne 469 de l’Établissement Transdev de Nanterre, ligne 45 du réseau de bus Phébus et de nuit par les lignes N61 et N145 du réseau Noctilien. La ville met à disposition des personnes à mobilité réduite un minibus, L’autre Bus.

Rail

La Gare de Sèvres – Ville d’Avray
Sèvres est desservie par la gare de Sèvres-Rive-Gauche sur la ligne ferroviaire de banlieue Transilien Paris – Montparnasse.

Elle est également desservie par la gare de Sèvres – Ville d’Avray sur le Transilien Paris – Saint-Lazare.

Il est également desservi par les stations Musée de Sèvres et Brimborion sur la ligne 2 du Tramway d’Île-de-France qui relie Paris – Porte de Versailles et La Défense.

Urbanisme
Morphologie urbaine
L’Insee a divisé la commune en dix îlots regroupés pour l’information statistique.

La commune de Sèvres comprend 16 quartiers, nommés comme suit :

  1. Bruyères – Acacias – Fonceaux
  2. Bruyères – Postillons – Jaurès
  3. Val des Bruyères – Allard
  4. Ernest Renan
  5. Châtaigneraie
  6. Beau Site – Pommerets
  7. Binelles
  8. Fabrication – Brimborion
  9. SEL – Division Leclerc
  10. Europe – Pierre Midrin
  11. Médiathèque – 11 novembre
  12. Danton – Gabriel Péri
  13. Monesse
  14. Croix-Bosset
  15. Brancas – Fontenelles
  16. Brancas – Beauregard
    Utilisation des sols en 2003
    Type de profession Pourcentage Zone
    Espace urbain construit 62,70% 243,19 hectares (600,9 acres)
    Espace urbain non bâti 13,46% 52,21 hectares (129,0 acres)
    Zones rurales 23,83% 92,44 hectares (228,4 acres)

1,8

Logement
Dans le projet de planification et de développement durable (PADD) approuvé le 10 mai 2007[13], la commune affiche l’ambition de maintenir sa population autour de sa situation de début 2005. Elle s’engage à offrir à chaque foyer de la commune l’opportunité de vivre et de se développer à Sèvres, et s’attache à préserver son tissu d’équipements et d’entreprises locales. Les études menées dans le cadre du PLH montrent qu’à l’horizon 2015, cela impliquerait la construction d’environ 40 logements par an (en tenant compte de la transformation de l’ancien parc, de la réduction du taux de vacance et de l’assouplissement de la taille des ménages) pour maintenir la population communale.

En 2005, la commune comptait 24,5 % de son parc de logements sociaux. Ces logements sont pour la plupart situés le long de la RD 910, autour du centre ville. La commune affiche une volonté de préserver cette mixité sociale en assurant une diversité de différents types de logements, dans le cadre des futures opérations de construction. A ce titre, elle affiche la volonté de maintenir son parc de logements sociaux à environ 25% du parc total des résidences principales. En revanche, les loyers privés ont diminué entre 1990 et 1999. Un effort en faveur de ce type de logement sera toujours recherché afin de maintenir la diversité des profils de population. Certains quartiers de la ville sont mal pourvus en logements sociaux, et le développement de ce type de logement devrait permettre un meilleur équilibre sur l’ensemble de la commune[14].

Projets de développement
Les principaux projets sont les suivants :

La reconstruction de l’école de la Croix Bosset [15]
Le développement des liaisons entre les berges de la Seine, la ville, les parcs et les bois par des ouvertures piétonnes destinées à développer un cadre de liaisons douces Est/Ouest. Comme par exemple la liaison Parc Saint-Cloud / île Monsieur, entre le Parc Brimborion et la station de tramway Brimborion, en bordure de Seine, un projet d’aménagement de l’entrée de Sèvres et des abords du Musée de la Manufacture par la création d’un passage piéton/vélo le long de la Grande Rue, derrière le mur du Musée[16].
Toponymie
Le nom de la localité est attesté comme Savara [17] au VIe siècle, [18] provenant du nom du ruisseau qui suivait la vallée de Viroflay, Chaville, Sèvres [19] puis sous les formes de Villa Savara au VIe siècle, [20]Saura, [quand ? Saure, [quand ?] Savra, [quand ?] Saevara au 11e siècle, [20] Sévère, [quand ?] Sepera et Separa au 13e siècle, [18] Sèvre, [quand ?] Sièvre, [quand ?] Saives, [quand ?] Sèvre-en-France-lez-paris à partir du 14e siècle, avant Sèvres. [quand ?] [5]

Sèvres a pris le nom de la rivière qui la traversait. Sèvres comprend le radical sav-, sab-, dans le sens de “creux” ou le radical sam- “calme”. Ces radicaux sont souvent utilisés en hydronymie[20].

La racine est la même pour la Sèvre Nantaise et la Sèvre Niortaise qui a donné son nom au département des Deux-Sèvres.

Histoire

L’église de Saint-Romain-de-Blaye, au début du XXe siècle

L’ancienne École normale supérieure de Sèvres, au début du XXe siècle

Une voiture en feu dans la Grande Rue dans la nuit du 2 au 3 novembre 2005 lors des émeutes françaises de 2005
Article principal : Histoire de l’Île-de-France
La ville de Sèvres existait en 560, lorsque Saint Germain, évêque de Paris, guérit un malade et construit l’église.
L’église de Saint-Romain-de-Blaye, actuelle et plusieurs fois remaniée, date du XIIIe siècle. Il y avait un château seigneurial.
La manufacture de Sèvres a été créée en 1750, par la Ferme générale ; elle était détenue par le marquis de Fulvi qui opérait à Vincennes.
En 1756, Madame de Pompadour transfère la manufacture de porcelaine de Vincennes à Sèvres. Elle est transférée à l’emplacement de la Guyarde, ancienne station balnéaire de Lully.
En 1760, Louis XV achète la manufacture qui devient ainsi “royale”.
Le Pont de Sèvres, en bois, est commencé en pierre en 1809 et terminé en 1820.
En 1815, les habitants de Sèvres, accompagnés de quelques soldats, tentent de résister aux Prussiens qui occupent et pillent Sèvres, malgré la capitulation signée à Saint-Cloud.
Le traité de Sèvres (10 août 1920)
Un traité a été signé dans la grande salle qui abrite actuellement le Musée de la Porcelaine de Sèvres, c’était un traité de paix entre les Alliés et l’Empire ottoman, au détriment de ce dernier.

Les Protocoles de Sèvres (21 au 24 octobre 1956)
Les protocoles de Sèvres (parfois appelés “accords”) sont un accord secret en sept points consignant par écrit un accord tripartite entre Israël, la France et la Grande-Bretagne en réponse à la nationalisation du canal de Suez par le leader égyptien Nasser.

En 1961, la municipalité du Dr Odic s’est engagée à rénover le vieux centre ville, qui était insalubre, accompagné par la déviation de la RN 10, et a prévu la démolition de 1 500 maisons et la construction de 1 600 nouvelles maisons, ainsi que 42 000 mètres carrés de bureaux ou de locaux commerciaux. La municipalité de Jean Caillonneau a réorienté l’urbanisation à la fin des années 1980 pour favoriser l’implantation de bureaux afin de “refaire de Sèvres une ville dynamique et industrieuse”[23].
Politique et administration
Tendances et résultats politiques
Depuis les élections de 2007, Sèvres fait partie des communes de plus de 3 500 habitants[24][25] qui utilisent des machines à voter.

Lors du référendum sur le Traité constitutionnel pour l’Europe du 29 mai 2005, les Sèvres ont majoritairement voté pour la Constitution européenne, avec 69,93 % de voix favorables contre 30,07 % de voix défavorables, avec un taux d’abstention de 24,08 % (France entière : Non à 54,67 %, Oui à 45,33 %)[26].

Lors de l’élection présidentielle française de 2007[27], le premier tour a vu Nicolas Sarkozy en tête avec 35,58 % ou 4 750 voix, suivi de Ségolène Royal avec 26,09 % ou 3 212 voix, puis de François Bayrou avec 23,35 % ou 2 875 voix, aucun autre candidat n’ayant dépassé le seuil de 5 %. Au deuxième tour, 56,40 % ou 6 661 voix ont voté pour Nicolas Sarkozy avec 43,60 % ou 5 149 voix pour Ségolène Royal[28], un résultat plus disposé que la moyenne nationale. Au deuxième tour, 53,06 % ont voté pour Nicolas Sarkozy et 46,94 % pour Ségolène Royal. Pour cette élection présidentielle, le taux de participation a été très élevé. Il y avait 18 455 électeurs inscrits à Sèvres, 89,56 % ou 16 528 votants ont participé au scrutin, le taux d’abstention était de 10,44 % ou 1 927 voix, avec 0,54 % ou 90 voix conduites en blanc, et enfin 99,46 % ou 16 438 voix ont été exprimées.

Lors des élections municipales de 2014, une liste de la droite diverse dirigée par Grégoire de La Roncière s’est opposée à la liste dirigée par le maire sortant, François Kosciusko-Morizet (UMP), puis par Laurence Roux-Fouillet après le retrait de cette dernière. Au second tour, le 30 mars, la liste de la droite diverse a obtenu deux voix de plus que la liste UMP (3279 voix contre 3277)[29]. Le 4 avril, Grégoire de La Roncière a été élu maire de Sèvres par le nouveau conseil municipal.

Administration municipale
Sèvres a mis en place un Conseil communal de la jeunesse, afin d’impliquer les jeunes dans la vie de la commune[30].

Liste des maires
Depuis 1971, cinq maires ont succédé à Sèvres :

Liste des maires de Sèvres depuis 1971[31]
Début Fin Nom Parti Autres informations
21 mars 1971 1978 Georges Lenormand PCF Directeur Juridique (1967-1970 et 1976-1982)
A démissionné
1978 [32] 13 mars 1983 [33] [34] [35] [36] Roger Fajnzylberg PCF
13 mars 1983 18 juin 1995 Jean Caillonneau [fr] UDF-CDS Cadre d’assurance
18 juin 1995 4 avril 2014 François Kosciusko-Morizet [en] Politicien UMP
4 avril 2014 [37] En cours Grégoire de la Roncière DVD Vice-président de la communauté d’agglomération G.P.S.O. [en] [en
Autorités judiciaires et administratives
Sèvres relève de la compétence du tribunal d’instance[38] ainsi que du tribunal de police de Boulogne-Billancourt.

Politique environnementale
La municipalité souhaite mettre en valeur sa richesse environnementale (forêts, bords de Seine, patrimoine bâti, topographie, etc.) qui est un atout en termes d’image pour la ville et de qualité de vie pour ses habitants : “Elle doit préserver les éléments qui sont les maillons d’un chapelet de parcs et jardins qui participent également à une grande continuité paysagère, des possibilités de promenades et de visites à l’échelle intercommunale”[16].

Villes jumelées
Sèvres est jumelée avec :

Allemagne Wolfenbüttel, Allemagne, depuis 1980[40]
États-Unis Mount Prospect, Illinois, États-Unis, depuis 2000 [40]
En outre, la commune de Sèvres a signé un accord de coopération avec la commune roumaine Mărăcineni, en 1991[40][41].

Intercommunalité
La commune de Sèvres était membre de la Communauté d’agglomération du Val de Seine et est membre de la Communauté d’agglomération Grand Paris Seine Ouest depuis sa création le 27 novembre 2008, au même titre que les communes de Boulogne-Billancourt, Chaville, Issy-les-Moulineaux, Meudon, Vanves et Ville-d’Avray.

Population et société
Démographie
L’évolution démographique
En 2017, la commune comptait 23 507 habitants[42].

Population historique
Année Pop.
1793 2,700 —
1800 2,642 −2.1%
1806 2,779 +5.2%
1821 3,131 +12.7%
1831 3,973 +26.9%
1836 3,977 +0.1%
1841 4,626 +16.3%
1846 4,963 +7.3%
1851 4,750 −4.3%
1856 5,760 +21.3%
1861 6,328 +9.9%
1866 6,754 +6.7%
Année Pop. ±%
1872 7,096 +5.1%
1876 6,552 −7.7%
1881 6,834 +4.3%
1886 7,620 +11.5%
1891 6,902 −9.4%
1896 7,317 +6.0%
1901 8,216 +12.3%
1906 8,143 −0.9%
1911 9,465 +16.2%
1921 11,436 +20.8%
1926 14,505 +26.8%
1931 15,457 +6.6%
Année Pop.
1936 15,501 +0.3%
1946 15,242 −1.7%
1954 17,109 +12.2%
1962 20,129 +17.7%
1968 20,083 −0.2%
1975 21,149 +5.3%
1982 20,208 −4.4%
1990 21,990 +8.8%
1999 22,534 +2.5%
2007 23,174 +2.8%
2012 23,572 +1.7%
2017 23,507 −0.3%
De 1962 à 1999 : Population sans double compte ; pour les années suivantes : population municipale.
Source : Ldh/EHESS/Cassini jusqu’en 1999 [43] et INSEE (1968-2017) [42]
Structure des âges
La répartition des tranches d’âge de la commune de Sèvres et du département des Hauts-de-Seine est présentée ci-dessous.

Population par âge de Sèvres, 2017
90+
333
75-89
1654
60-74
3445
45-59
4649
30-44
4918
15-29
3893
0-14
4613
Total : 23505

homme
femme
Source : INSEE[42]
Population par âge des Hauts-de-Seine, 2017
90+
17493
75-95
101217
60-74
201892
45-59
309220
30-44
361479
15-29
310959
0-14
307045
Total : 1609305

homme
femme
Source : INSEE[44]

Éducation

Lycée Jean-Pierre-Vernant

Le groupe scolaire des Bruyères
La ville administre six écoles maternelles et cinq écoles primaires[45].

Le département gère un collège et la région Île-de-France un lycée du nom de Lycée Jean-Pierre-Vernant en mémoire[46] du Compagnon de la Libération et de l’historien. Le lycée accueille les sections internationales de Sèvres (bilingues français/anglais et français/allemand) reconnues pour leur excellence. Ces sections internationales préparent au baccalauréat français et à l’OIB (Option Internationale du Baccalauréat).

Sèvres dispose également d’un établissement privé (école et collège) : L’école Jeanne-d’Arc.

L’École supérieure de fonderie et de forge est également installée sur le territoire de la commune, au cœur du pôle technique des industries de la fonderie

Strate School of Design, un établissement privé d’enseignement technique qui enseigne le design industriel, la modélisation 3D et la réflexion sur le design, est également situé à Sèvres.

Histoire de l’enseignement
La Maison d’enfants de Sèvres [47] a fonctionné de septembre 1941, sous la direction d’Yvonne Hagnauer (Goéland), jusqu’en novembre 1958 au 14 rue Croix-Bosset. Elle s’est ensuite installée au château de Bussières, sur la rive opposée de la Seine. En 1991, il devient le Collège Jean-Marie-Guyot.

L’École normale supérieure de jeunes filles a été créée à Sèvres en 1881. Elle s’est ensuite installée boulevard Jourdan à Paris, avant de fusionner avec l’École normale supérieure, en 1985. Elle occupait les anciens bâtiments de la manufacture de porcelaine, qui abrite aujourd’hui le Centre international d’études pédagogiques.

Événements culturels et festivités

Concert pour le Festival de musique 2014 sur la place Gabriel Péri à Sèvres
Le dernier samedi de septembre a lieu le concours d’écriture “La Dictée de Sèvres”. Il a lieu depuis 2007[48].

Santé
Sèvres abrite l’un des sites du Centre Hospitalier de 4 Villes. Depuis le 1er janvier 2006, ce centre regroupe le Centre Hospitalier Intercommunal Jean Rostand, (qui comprenait déjà Chaville, Sèvres et Ville d’Avray) et le Centre Hospitalier de Saint-Cloud[49]. Le site de Sèvres est spécialisé dans l’hospitalisation et la consultation en maternité/gynécologie/fertilité et les services médicaux[50].

Sport

Passage du Tour de France dans la Grande Rue lors de l’étape 20 du Tour de France 2012, le 22 juillet
Sèvres accueille la Fédération Française de la Soufflette Sportive, fondée en 2004 par Stéphane Jouanneau (Vice Champion du Monde de Soufflette Longue Distance).

L’équipe senior du Club de football de Sèvres est actuellement entraînée par Alexandre Matejic, ancien footballeur professionnel, vainqueur de la Coupe Gambardella 2004-2005 avec le Toulouse FC[51]. Opérant dans les divisions départementales, le FC Sèvres a manqué de peu de se qualifier pour le 4e tour de la Coupe de France 2008-2009. En effet, en jouant contre l’Etoile Rouge (alors en CFA) au Stade des Fontaines, le FC Sèvres a ouvert le score à la 7e minute par l’intermédiaire de Thomas Millet. Le score est resté à 1-0 pendant soixante-quinze minutes, jusqu’à l’égalisation par Demba Diagouraga, pour l’équipe de Saint-Ouen. L’équipe de Sèvres s’est cependant effondrée en prolongation et a perdu quatre buts, donnant aux “Verts” une victoire 5-1 après prolongation[52].

Sèvres, lieu de passage de la dernière étape du Tour de France 2012, accueillera le 26 juillet le départ de l’étape 21, dernière étape du Tour de France 2015, qui se dirigera vers l’ultime ligne d’arrivée de l’année sur les Champs-Élysées.

Médias
Depuis 2007, Sèvres accueille la station de radio internet GOOM Radio.

Culte
Sèvres possède des lieux de culte catholique, juif, musulman, protestant et bouddhiste.

Le culte catholique
Depuis janvier 2010, la commune de Sèvres fait partie du doyenné des collines, l’un des neuf doyennés du diocèse de Nanterre[53].

Au sein de ce doyenné, les lieux de culte catholique sous les deux paroisses de Sèvres sont : [54]

Paroisse de Saint-Romain : Église de Saint-Romain
Paroisse de Notre-Dame-des-Bruyères : Notre-Dame des Bruyères.
Culte protestant
Église réformée de France (Centre paroissial Séquoia)

Le culte juif
Communauté juive de Sèvres

Le culte musulman
Association des musulmans de Sèvres

La foi bouddhiste
C’est à Sèvres que se trouve la pagode Tinh Tam

Économie
Revenu de la population et fiscalité
En 2010, le revenu médian imposable des ménages était de 44 450 €, ce qui place Sèvres à la 960e place parmi les 31 525 communes de plus de 39 ménages en France métropolitaine[55].

Emploi
En 2007, le taux d’emploi communal était proche de 100% (10 369 emplois pour 10 607 actifs résidant à Sèvres), ce qui correspond à l’objectif fixé dans le schéma directeur du Val de Seine, à l’horizon 2015[56].

Entreprises et commerces
[icône]
Cette section a besoin d’être développée. Vous pouvez y contribuer en y apportant des ajouts. (mai 2015)
Culture et patrimoine locaux
Lieux et monuments
La commune compte de nombreux monuments classés à l’inventaire général du patrimoine culturel français [57].

Monuments et sites, inventaire au 31 décembre 2005
Titre Ensemble classifié Ensemble enregistré
Centre pédagogique international
Titre Monument classé Monument enregistré
Manufacture nationale de porcelaine, 4 Grand-Rue : Les six fours –
Sèvres Espace Loisirs [fr], 47 Grand-Rue : Ancien marché couvert –
Maison des Jardies et Mémorial de Gambetta (musée) –
École nationale de la céramique –
Bâtiment et portail, 17 Grande-Rue –
Bâtiment, 16 rue Troyon –
Façades, toits, portail, 14 rue Ville-d’Avray –
Eglise –
Ancien hôtel, 164 Grande-Rue : Corps principal, première travée des deux ailes, fermeture sur rue, sol de la cour, et décoration intérieure de la chapelle, 33 rue –
Collège arménien –
Titre Site classé Site enregistré
Bois de Fausses-Reposes –
Bois de Meudon et Viroflay
Rives de la Seine –
Domaine de Saint-Cloud avec le parc de Villeneuve-l’Etang –
Domaine de Brimborion –
Île Monsieur –
Rives de la Seine –
Les étangs et leurs environs –
Source : IAURIF [en] [58]
L’église de Saint-Romain-de-Blaye

L’église Saint-Romain (extérieur)

L’église Saint-Romain (intérieur)
L’église [note 1] offre un amalgame de gothique, remanié et endommagé par le XVIIe siècle : À l’extérieur, il y a une tour à claire-voie qui a été défigurée. Le toit arrondi a été en grande partie conservé, mais il est très peu couvert. Le chemin de croix, peint sur porcelaine, provient de la Manufacture de Sèvres, et des vitraux, vieux de plus d’un siècle[59]. Cette église a été inaugurée à plusieurs reprises[60].

Elle a été fondée par le roi mérovingien Dagobert II au 7e siècle, elle était une paroisse royale sous Marie Leszczyńska. La première assemblée municipale, créée par l’édit de 1787, était composée de deux membres : Le seigneur, à savoir le roi Louis XVI, et le prêtre, ainsi que neuf autres membres élus. Cette assemblée se réunissait dans l’église à la fin des vêpres ou de la grand-messe[61].

Cette église a été inscrite à l’inventaire des monuments historiques en 1937[62].

Sa cloche, appelée Anette, a été bénie en 1760 et inscrite à l’inventaire des monuments historiques le 27 avril 1944[63].

Le presbytère a été construit entre 1744 et 1786[64].

L’église Notre-Dame de Bruyères

L’église Notre-Dame des Bruyères (extérieur)

L’église Notre-Dame des Bruyères (intérieur)
Cette chapelle a été construite en 1930, au bord de la Route des Gardes. Etablie comme paroisse en 1962, détruite en 1971, elle a été reconstruite au 23 rue du Docteur Roux en 1968[65].

Le Collège arménien

Le Collège arménien
Ce bâtiment, situé au 26 rue Troyon, a été donné à la Pompadour pour une école de filles. Il a été reconstruit pour Bacler d’Albe entre 1816 (cadastre) et 1824 (mort du général). Occupé en 1898 par une maison de convalescence pour les soldats coloniaux, il est actuellement le Collège arménien Samuel Moorat, mais il est actuellement menacé, compte tenu de son état[66].

La fabrication des cristaux de la Reine
Le bâtiment de cette usine, situé au 16 rue Troyon et construit en 1744, a été classé à l’inventaire des monuments historiques le 1er décembre 1986[67].

La Manufacture nationale de Sèvres

Travaux en cours (septembre 2009)

Historique du bâtiment et description des travaux
Article principal : Manufacture nationale de Sèvres
Le bâtiment actuel date de 1876. Ce bâtiment a été classé à l’inventaire des monuments historiques le 30 octobre 1935[68]. La Manufacture nationale de Sèvres est un établissement public fabriquant de la céramique dans la tradition du XVIIIe siècle.

La Maison des Jardies

La Maison des Jardies, où Gambetta est mort à Sèvres
La Maison des Jardies est la maison de Balzac, Corot et Gambetta qui y sont morts le 31 décembre 1882 [69].

Cette maison, située au 14 avenue Gambetta, avait été achetée par Balzac, qu’il a occupé de 1837 à 1840, puis a été louée par Gambetta en 1878[70].

Musée national de la céramique
Article principal : Sèvres – Cité de la céramique
Fondé en 1824 par Alexandre Brongniart, directeur de la Manufacture nationale de Sèvres, sous le nom de Musée de la Céramique et de la Vitrerie. Soucieux de présenter l’histoire des techniques de la céramique et des matériaux vitreux, à travers le monde et les époques, ce dernier était l’une des collections de céramiques les plus variées. Le musée rassemble une sélection exceptionnelle de poteries, de céramiques et de porcelaines […

Temple bouddhiste Tinh Tam

La pagode de Sèvres
Le magnifique temple bouddhiste ou pagode Tinh Tam est l’un des plus fréquentés de France [5].

Castel Henriette Villa
Article principal : Castel Henriette
Le château Henriette, [72] [73] [74] [75] construit en 1899-1900, est une œuvre Art Nouveau importante de l’architecte Hector Guimard ; il a été démoli en 1969 [76] [77].

Les carrières de pierre
Ces carrières de pierre ont été creusées dans le flanc de la colline et utilisées pour le stockage du vin en 1740, divisées en 30 galeries dont une appelée Royal Gallery ; converties en brasserie en 1840, elles ont brûlé en 1880 et ont été reconstruites en 1898[78].

Institutions religieuses
Pensionnat des Dominicains :
La présence des moniales qui enseignent à Sèvres remonte à 1788, date à laquelle un acte prévoyait l’éducation des filles pauvres par quatre sœurs de la charité[79]. A Sèvres, rue Gabriel Péri, se trouvaient autrefois le couvent, l’école et l’internat des professeurs dominicains du Très-Saint-Rosaire de Sèvres, œuvre encouragée par le Saint curé d’Ars, fondé par la sœur Marie-Rose de l’Ordre des Prêcheurs du Sacré-Cœur à la fin du XIXe siècle, avec Fr. Codant, en 1858, dont les novices portent le nom de serviteurs du Sacré-Cœur et ont plusieurs fondations, à San Remo par exemple lors de l’exil de France en 1903, et aussi un orphelinat, rue Troyon (ils reviennent en France en 1913 et demandent au gouvernement l’autorisation de rouvrir un noviciat). Pendant la guerre, une ambulance et une infirmerie pour les soldats blessés ont été installées dans le couvent[80].

Noviciat des Assomptionnistes :
Sur quelques vieilles cartes postales[81], on peut admirer la chapelle des Assomptionnistes, située au 14 rue de la Croix-Bosset dans le quartier de la Croix-Bosset. Cette propriété, acquise le 30 avril 1874, a été offerte aux religieux de l’Assomption à la fin de l’année 1877 pour devenir le noviciat de Paris hors de la ville. Les Oblats de l’Assomption s’installent également à Sèvres, puis une communauté de sœurs assomptionnistes. Enfin, les religieux de la province de Paris entre 1946 et 1964, une mission ouvrière animée [fr] centre de Saint-Étienne à Sèvres, avenue Division Leclerc, une communauté appelée La Cloche, près des usines Renault [82].

Patrimoine culturel
Sèvres et œuvres d’art

Toile du Douanier Rousseau : Vue du pont de Sèvres, 1908

Route de Sèvres, Jean-Baptiste-Camille Corot, 1855-1865.

Sisley : Le Pont de Sèvres

Marie Bracquemond, Sur la terrasse de Sèvres (La terrasse de la villa Brancas). 1880 avec Fantin-Latour, Petit Palais
Sèvres, près de Paris mais très rustique, a attiré les plus grands peintres : [83]

Samuel William Reynolds a peint Saint-Cloud et le pont de Sèvres (Musée Condé, Chantilly)
Le Douanier Rousseau a peint en 1908 une Vue du pont de Sèvres (Musée d’État des beaux-arts Pouchkine, Moscou)
Sisley, qui vivait à Grand-Rue, a peint l’ancienne usine, le pont et les bords de Seine, les chemins
Corot est peint son célèbre Chemin de Sèvres (Musée du Louvre)
Paul Huet a peint des vues savoureuses et aussi champêtres que possible (Musée de l’Île-de-France, Sceaux)
Marie Bracquemond, épouse de Félix Bracquemond (Le Chemin des Coutures à Sèvres, Musée des Beaux-Arts du Canada) liée au Groupe des impressionnistes et employée à l’usine, est peinte à Sèvres. Son œuvre la plus célèbre : Sur la terrasse de Sèvres avec Fantin-Latour (leg. Caillebotte).
Constant Troyon né à Sèvres en 1810, premier peintre de l’école de Barbizon sont peints Chemin de forêt et la Maison Colas, la Prise de la culée du pont de Sèvres. Les parents de Constant Troyon travaillent à la manufacture de Sèvres, son père comme peintre décorateur, et sa mère comme tampon. Il a été encouragé dans le domaine des arts par son parrain, Riocreux, conservateur du Musée de la Céramique de Sèvres et peintre floral. Il vit avec sa mère à l’usine jusqu’à l’âge de vingt ans. Il expose pour la première fois trois tableaux au Salon de Paris en 1833, dont la Vue de la Maison Colas et la Vue de la Fête de Sèvres[84].
Vassili Kandinsky vit un an à Sèvres, en 1906-1907, rue des Ursulines puis petite rue des Binelles, devenue rue Théodore Deck. Il y peint La Vie Mélangée.
Alain Azémar, peintre de Sèvres, habitant la rue des Grottes, rue qui fut le théâtre de nombreuses manifestations de “squats”, peint à plusieurs reprises des scènes de Sèvres. Beaucoup de ses aquarelles ont été commandées et sont exposées par la mairie.
Sèvres et la philatélie
La Poste française a développé plusieurs fois Sèvres à l’Honneur :

Le 25 mars 1957, un timbre-poste d’une valeur nominale de 30,00 francs a été émis en l’honneur de la Manufacture Nationale de Sèvres, dessiné et gravé par Pierre Munier[85].

Le 10 janvier 2009, un timbre-poste d’une valeur faciale de 0,55 € a été émis, représentant une faïence ovale plate de Quimper, exposée par le Musée de Sèvres [86].

Sèvres et la télévision
La ville de Sèvres est le théâtre du tournage de la série télévisée française Fais pas ci, fais pas ça.

Personnalités liées à la commune
Voir aussi : Catégorie:Les habitants de Sèvres
Andrew Albicy, joueur de basket-ball
Demba Ba – joueur de football international sénégalais
Yamoudou Camara – joueur de football français
Manu Chao – musicien hispano-français
Pierre Louis Félix Lanquetot (1880-1974) – Général de brigade français
Benoît Mozin (1769-1857), compositeur français, mort à Sèvres
Issiar Dia – joueur de football international sénégalais
Allan Linguet, footballeur
Iliana Rupert, joueur de basket-ball
Karim Ziani – Joueur de football international algérien
André Bizette-Lindet, sculpteur, mort à Sèvres en 1988
Georges Salles (1889-1966), historien de l’art, est né à Sèvres
Héraldique, logo et devise
Armoiries de Sèvre
Les armes de Sèvre sont blasonnées :
D’azur à un pont de bois à deux piles ou à des vagues d’argent mouvant de la pointe, surmonté d’un huchet couvert d’or, de virole et d’enguiche de sable, au chef d’or chargé d’une branche de laurier et d’une palme passées en double sautoir, le tout de sable, arborant deux vases d’azur surchargés chacun d’une fleur de lis d’or.

Heydiag se fera un plaisir de répondre à toutes vos questions concernant vos diagnostics immobiliers et de vous proposer les meilleurs prix.

Nous vous invitons à lire les avis de nos clients sur nos services.

Il vous suffit de taper Heydiag sur Google.

REMPLISSEZ CE FORMULAIRE POUR RECEVOIR VOTRE DEVIS GRATUIT​

Ou appelez directement le 0977773699

HOMME pointant le formulaire heydiag diagnostic immobilier paris