Diagnostic Immobilier AULNAY-SOUS-BOIS

Share on facebook
Share on linkedin
Share on whatsapp

Pour tous vos diagnostics immobiliers pour un achat ou une location d’appartement ou de maison à AULNAY-SOUS-BOIS faites appel à Heydiag au 09 77 77 36 99 ou par email à contact@heydiag.fr .

Heydiag Diagnostic immobilier intervient à AULNAY-SOUS-BOIS pour tous vos diagnostics par exemple:
Diagnostic Amiante

Diagnostic Assainissement

Diagnostic Électricité

Diagnostic Plomb

Diagnostic Termites

Diagnostic de Performance Énergétique (DPE)

Diagnostic gaz

Etat des Risques Pollution (ERP)

Loi Carrez

Diagnostic Loi Boutin

Aulnay-sous-Bois (français : o(l)nɛ su bwɑ] (A propos de cette écoute)) est une commune du département de la Seine-Saint-Denis, en Île-de-France, dans la banlieue nord-est de Paris, en France. Elle est située à 13,9 km du kilomètre zéro.

Les habitants de la commune sont appelés Aulnaysiens ou Aulnaysiennes[2].

La commune a reçu quatre fleurs du Conseil national des villes et villages fleuris dans le cadre du concours des villes et villages fleuris[3].

Géographie

Aulnay avait autrefois un ruisseau : le Morée. Il a longtemps été canalisé dans un égout départemental
Situation
Aulnay-sous-Bois est situé en région parisienne, à 19 km au nord-est de la cathédrale Notre-Dame, à 1 km à l’est de l’aéroport du Bourget et à 5 km au sud-ouest de l’aéroport Charles de Gaulle. La commune s’étend sur une longueur de 6,5 km du nord au sud et une largeur variant de 1,4 à 4,3 km d’est en ouest et couvre une superficie de 1 620 hectares.

La commune est entourée par l’autoroute A3 à l’ouest qui rejoint l’autoroute A1 au nord. La route nationale 2 traverse le cœur de la commune d’ouest en est, la N370 venant du sud-est le long de la frontière orientale pour rejoindre la N2. La D44 passe du nord-ouest au sud-est et la D115 de Bobigny au sud-ouest passe par le centre et continue jusqu’à Villepinte à l’est. Le canal de l’Ourcq passe par l’extrémité sud-est, à côté de Livry-Gargan.

La répartition des zones urbaines est :

Résidentielle : 44%.
Industriel : 30%
Les lotissements : 11%
Espaces naturels (parcs) : 15%.
Districts
Le nord d’Aulnay-sous-Bois est constitué de grands ensembles de logements (dont la Cité des 3000 et Milles-Milles), de zones industrielles (PSA Peugeot Citroën, Garonor, O’Parinor), et de parcs (Parc Robert Ballanger et Parc Sausset) :
La Rose des Vents (également appelée “Ville des 3000” en référence au nombre de logements construits)
Les Etangs (étangs) (il y a les Etangs de l’Est – aussi appelés Les Nénuphars, et les Etangs de l’Ouest)
Le Merisier
La ville d’Emmaüs
Balagny
La Garenne
Ambourget (aussi appelé Mitry ou Mille-mille)
Savigny
Le Gros Saule (un district classé comme ZSP ou zone de sécurité spéciale)
La zone centrale, appelée quartier du Vieux Pays, est plus ancienne notamment avec son église Saint-Sulpice construite au XIIe siècle et sa ferme. Il comprend La Roseraie, Maximilien Robespierre, Le Vieux Pays, la Tour Eiffel et l’Hôtel de Ville.
Le sud, de l’autre côté de la ligne de chemin de fer, est plus riche et plus résidentiel. Il est constitué de quartiers de banlieue et est bordé par le canal de l’Ourcq. Il comprend Chanteloup, la gare centrale, le Pont de l’Union et Nonneville.

Panorama d’Aulnay-sous-Bois
Rose-des-Vents
Lorsque la construction du Clos Saint-Lazare à Stains s’est achevée, l’urbanisation des quartiers nord d’Aulnay-sous-Bois a commencé. L’idée était de créer une zone d’usines. C’est sur cette base que le quartier de la Rose des Vents a été construit en 1969 dans la partie nord d’Aulnay-sous-Bois. Ce “Grand lotissement” a été construit sur d’anciennes terres agricoles. Il avait pour mission d’accueillir les ouvriers et les cadres d’une nouvelle usine Citroën qui devait être implantée à quelques centaines de mètres de là.

Au-delà de la Rose des Vents, également connue sous le nom de “Ville des 3000”, l’ensemble des lotissements des quartiers nord totalise 6 500 logements dont 745 maisons individuelles. 24 000 personnes, soit 30 % de la population d’Aulnay-sous-Bois, sont logées sur 4 % du territoire.

Les communes voisines
Voies de communication
Routes
La ville est desservie par :

Des autoroutes : A1, A3, A104 (la Francilienne)
Routes nationales : N2 et N370
Routes départementales : D115, D44, D40, D401

Gare SNCF, tramway

La gare SNCF
La commune est traversée par la ligne de chemin de fer principale de Paris à Soissons, Laon, et Hirson qui dessert la gare d’Aulnay-sous-Bois où s’arrêtent tous les bus et les services semi-directs du RERR B (Roissy et Mitry-Mory) et du Transilien Paris-Crépy-en-Valois Transilien (correspondance avec le TER Villers vers Cotterêts/Soissons/Laon) et c’est le terminus des Tramways d’Île-de-FranceÎle-de-France Ligne 4. La gare dispose d’un parc relais payant.

Depuis novembre 2006, le train de banlieue classique, la Ligne des Coquetiers, entre Aulnay-sous-Bois et Bondy, a été remplacé par un Tram-train Tramways en Île-de-FranceÎle-de-France Ligne 4 qui emprunte le même itinéraire et permet la correspondance avec le RERRER B et le RER E. Deux branches sont prévues : la première vers Clichy-sous-Bois et Montfermeil sur les hauteurs de Gargan ; la seconde vers Garonor par Rose-des-Vents et la N370 sur les hauteurs de Rougemont-Chanteloup.

Entre septembre 2009 et janvier 2011, la gare RERRER B d’Aulnay-sous-Bois a fait l’objet de travaux pour permettre l’accès à tous les quais aux personnes handicapées, notamment : l’aménagement de quatre ascenseurs, la réhabilitation de la gare et des passages souterrains, et l’installation d’un nouvel éclairage. Gare d’Aulnay-sous-Bois RERRER B Tramways Transilien en Île-de-France La ligne 4 du tramway d’Île-de-France est également desservie par des lignes de bus :

(BUS) RATP 251
(BUS) TRA 605 607a 613 614 615 616a 616b 617 618 627 637 680
(BUS) Autobus du Fort 702
(BUS) CIF 15
(BUS) RATP N140
La station RERRER B de Villepinte est située à mi-chemin entre Aulnay-sous-Bois et Villepinte et permet d’accéder au quartier de la Rose des Vents. La gare de Villepinte est desservie par des bus : TRA 609 615 617 642 683(RER) (B)(BUS)

En 2023, une gare sur la ligne 16 du projet Grand Paris Express est prévue au nord de la commune sur le talus de l’ancienne route N2. Ses quais seront à une profondeur de 15 mètres[4][5].

Bus
La ville est desservie par différents réseaux de bus :

(BUS) RATP 148 251 350
(BUS) TRA 605 607a 607b 609 610 613 614 615 616a 616b 617 618 627 634 637 680 683 684 686
(BUS) Autobus du Fort 702
(BUS) CIF 1 15 32A 43 44 45 93 100
(BUS) RATP N42 N140
A moyen terme, il est proposé de créer une ligne “transversale” en fusionnant (BUS) les lignes TRA 614 627 637. En outre, il est également prévu de créer une ligne circulaire pour relier différentes parties de la ville afin d’éviter le “rechargement” (changement de bus) pour les trajets entre toutes les zones économiques de la ville et ses équipements publics.

Station de taxis
Il y a une station de taxis à la gare d’Aulnay-sous-Bois.

Transport aérien
Aulnay-sous-Bois est situé à 5 km de l’aéroport Charles de Gaulle. L’aéroport est accessible par le RERRER B (4 stations) ou par les autoroutes A1 et A3.

Toponymie
“Aulnay” est un toponyme français commun et peut dériver du latin médiéval alnetum qui signifie “aulnaie”, d’après les aulnes qui couvraient Aulnay-sous-Bois dans l’Antiquité. Une autre dérivation est qu’Aulnay tire son nom de son emplacement dans pagellus alnetenis – Pays d’Aulnaye

Aulnoye ou Aunois était une petite région agricole d’Île-de-France. Elle comprenait une douzaine de villages et hameaux dispersés entre fourrés, prairies et bois. Le village était entouré par la forêt de Bondy qui couvrait la majeure partie du nord-est de Paris.

Le lieu portait auparavant les noms de Aunay, Aunais, Anay, Aunoye, Aulnaye, Aulnay-la-Fosse, Aulnay-en-France (XVe siècle), devenant Aulnay-lès-Bondy (c’est-à-dire “Aulnay par Bondy”) en 1787. La commune a été rebaptisée Aulnay-sous-Bois (c’est-à-dire “Aulnay sous les bois”) le 5 janvier 1903 en référence à l’ancienne forêt de Bondy. D’autres noms de communes voisines (Clichy-sous-Bois, Les Pavillons-sous-Bois, et Rosny-sous-Bois) font également référence à la même forêt[6].

Histoire

Les ruines du château d’Aulnay au début du XXe siècle
La région a été colonisée à l’origine vers 6000 avant J.-C. (des vestiges ont été trouvés dans la vallée de Sausset). Entre le IVe et le IIe siècle avant J.-C., des agriculteurs vivent autour d’une “villa” appartenant à Sabinus – la ferme de Savigny. Deux lieux indépendants de la paroisse de Saint-Sulpice étaient Savigny et Nonneville qui étaient rattachés au village actuel. Jusqu’au XVe siècle, les seigneurs portaient le nom de d’Aulnay. Le seigneur Jacques Coitier transmet la succession à ses héritiers par l’intermédiaire de son neveu à la famille Gourgues. Le canal de l’Ourcq a été creusé à l’époque napoléonienne pour faciliter les relations avec Paris. Les fouilles commencent en 1803 et le canal est ouvert entre Paris et Claye en 1813.

Le registre des réunions du conseil municipal montre que le 13 mai 1814 a été la première occupation prussienne du village. Il y eut également des occupations prussiennes en 1814 et 1870. Pendant une longue période, les maisons ont été détruites et les champs sont restés déserts. Le 15 août 1838, un service de bateaux postaux a été mis en place sur le canal de l’Ourcq entre Paris et Meaux. Ce service s’arrête en 1849. En 1875, le Chemin de fer français du Nord a ouvert une gare sur la nouvelle ligne Paris-Soissons. L’essor d’Aulnay est en grande partie dû à cet événement. En 1883, le quartier du Parc commence à émerger au sud à partir d’un fragment de la forêt de Bondy. Dans les années qui suivent, la cohabitation entre la communauté rurale du Vieux-Pays et la communauté plus urbaine du Parc est difficile. Il est même question de couper la ville en deux : Aulnay-les-Bondy pour le Vieux-Pays et Aulnay-sous-Bois pour le Parc. La population d’Aulnay passe de 780 habitants en 1885 à 1 012 en 1886. En 1896, le conseil municipal est composé en majorité d’habitants du Parc mais entreprend le développement de toute la communauté d’Aulnay. Une école, un bureau de poste, des rues et des ponts sont construits au sud. La création de “trains ouvriers” par le Chemin de fer français du Nord attire de nombreux travailleurs pour acquérir des terrains. Les grandes propriétés commencent à se fragmenter. Le parc est vendu par lots. Tentés par la verdure de la banlieue parisienne, les Parisiens achètent des terrains et transforment le lieu en un quartier de vacances et d’habitation.

Au début du XXe siècle, Aulnay se développe en accentuant le trafic ferroviaire et en installant des industries. Le 5 janvier 1903, la ville devient Aulnay-sous-Bois. En septembre 1914, Aulnay est sauvée de l’occupation militaire allemande par la contre-offensive de la première bataille de la Marne. En 1924, la Compagnie des Radiateurs commence à fonctionner et fournit de l’emploi à 2 300 ouvriers. D’autres petites industries mécaniques ou chimiques se sont également installées à Aulnay. Entre 1920 et 1931, la plupart des lotissements sont achevés. En 1935, la population des lotissements représentait environ 40 % de la population totale d’Aulnay. En 1955, la grande zone rurale au nord de la commune commence à s’urbaniser : de grands lotissements collectifs sont planifiés et construits. En 1962, le premier groupe de bâtiments à Merisiers est construit.

En 1969 et 1970, une zone d’habitation de 3 000 logements est construite dans le quartier de la Rose des Vents. En 1971, la société Citroën ouvre sa première usine dans la région parisienne au nord de la ville. En 1985, Aulnay est complètement urbanisée. À cette date, l’extension de la partie nord et l’établissement de zones industrielles sont terminés. De nombreux équipements sont ajoutés dans les quartiers et donnent à la ville son visage actuel.

Heraldique
Armoiries d’Aulnay-sous-Bois
Blason :
Ou, un aulne éradiqué au naturel.

Politique

Mairie d’Aulnay-sous-Bois

Vue grand angle de l’hôtel de ville
Administration
Depuis la réforme du canton français, qui est entrée en vigueur en mars 2015, Aulnay-sous-Bois forme un seul canton : Canton d’Aulnay-sous-Bois.

La ville fait partie du Syndicat d’équipement et d’aménagement des Pays de France et de l’Aulnoye (SEAPFA).

Changements administratifs
Jusqu’en 1787, la paroisse d’Aulnay fait partie de la province d’Île-de-France, Prévôté, Généralité, Élection de Paris, Subdélégation de Saint-Denis. En 1787, lors de la formation du département de Saint-Germain, le village d’Aulnay est sous la juridiction de Gonesse. En 1790, Aulnay fait partie du département de la Seine-et-Oise, du canton et de l’arrondissement de Gonesse

I

Maires
Les élections municipales françaises de 2008, à Aulnay-sous-Bois, ont été annulées le 2 octobre 2008 par le tribunal administratif de Cergy-Pontoise en raison de la pose d’affiches dans la nuit précédant le second tour des élections municipales[7]. Un recours a été introduit devant le Conseil d’État et le conseil municipal et les élections de mars 2008 sont restées en place jusqu’à la décision du tribunal[8].

Les maires de la Révolution française jusqu’en 1939
Les maires de 1939
De à Nom Poste au sein du parti
1939 1941 Henri Fourquez
1941 1944 Charles Drocourt
1944 1944 Jean Perlis
1944 1944 Narcisse Renaudot
1944 1945 Maurice Nilès PCF
1945 1947 Pierre Scohy PCF
1947 1959 Fernand Herbaut SFIO
1959 1964 Robert Courtat SFIO
1964 1965 Maurice Cadot SFIO
1965 1971 Louis Solbès PCF
1971 1977 Robert Ballanger PCF
1977 1983 Pierre Thomas PCF
1983 1983 Gilbert Seron
1983 2003 Jean-Claude Abrioux UMP
2003 2008 Gérard Gaudron UMP
2008 2014 Gérard Ségura PS
Le titulaire de 2014, Bruno Beschizza [9] LR
(Toutes les données ne sont pas connues) [10]

Démographie
Selon l’INSEE (2004), le revenu moyen des ménages est de 15 000 euros. Une grande partie de la classe moyenne supérieure vit dans le sud de la ville. Le canton d’Aulnay-Sud a un caractère très différent du canton d’Aulnay-Nord, en raison des différences d’éducation et de salaires. Par exemple, le revenu moyen dans le sud de la ville est d’environ 20 000 à 25 000 euros (2004), ce qui est beaucoup plus élevé que la moyenne nationale de 15 000 euros (2004). En outre, le nord (Aulnay-Nord) compte un nombre élevé de HLM (logements sociaux). Il existe même une fracture politique, le canton d’Aulnay-Nord envoyant un représentant socialiste (Gérard Segura) au Conseil général du département de Seine-Saint-Denis, mais Aulnay-Sud un conservateur (Jacques Chaussat).

Immigration
Lieu de naissance des résidents d’Aulnay-sous-Bois en 1999
Né en France métropolitaine Né hors de France métropolitaine
71.9% 28.1%
Né en
France d’outre-mer Nés dans un pays étranger avec la nationalité française à la naissance1 Immigrés de l’UE-152 Immigrés hors UE-15
2.9% 2.6% 3.4% 19.2%
1 Ce groupe est composé en grande partie d’anciens colons français, comme les pieds-noirs en Afrique du Nord-Ouest, suivis par les anciens citoyens coloniaux qui avaient la citoyenneté française à la naissance (comme c’était souvent le cas pour l’élite autochtone dans les colonies françaises), et dans une moindre mesure les enfants nés à l’étranger d’expatriés français. Il est à noter qu’un pays étranger est entendu comme un pays ne faisant pas partie de la France en 1999, de sorte qu’une personne née par exemple en 1950 en Algérie, alors que l’Algérie faisait partie intégrante de la France, est néanmoins répertoriée comme une personne née dans un pays étranger dans les statistiques françaises.
2 Un immigrant est une personne née dans un pays étranger n’ayant pas la nationalité française à la naissance. Il est à noter qu’un immigrant peut avoir acquis la nationalité française depuis son arrivée en France, mais qu’il est toujours considéré comme un immigrant dans les statistiques françaises. En revanche, les personnes nées en France avec la nationalité étrangère (les enfants d’immigrés) ne sont pas répertoriées comme des immigrés.

Vers 1998, il y avait environ 3 000 personnes d’origine est-asiatique et sud-est asiatique à Aulnay, alors qu’il y en avait 6 000 au total dans la région d’Aulnay. La plupart d’entre elles étaient d’origine cambodgienne, y compris celles qui avaient ou non la citoyenneté cambodgienne. La commune comptait également un nombre supérieur à la moyenne de personnes d’origine laotienne, y compris celles ayant ou non la citoyenneté laotienne. Les ethnies comprenaient les Khmers, les Laotiens et les Chinois d’outre-mer[11].

De nombreuses familles asiatiques sont arrivées à Aulnay entre 1982 et 1990. Vers 1998, la plupart des Asiatiques d’Aulnay résidaient aux Trois Mille, un quartier de logements sociaux, principalement en raison de la volonté d’une agence sociale d’accroître la diversité ethnique dans une zone à prédominance nord-africaine[11].

Vers 1998, il y avait environ 1 280 Asiatiques dans la région d’Aulnay actifs sur le marché du travail, et une centaine de Chinois de souche dans la région d’Aulnay travaillaient à Belleville et dans le 13e arrondissement de Paris. Même si les usines Citroën sont situées à proximité de Tres Trois Mille, relativement moins de 88 des Asiatiques d’Aulnay travaillent dans les usines[11].

Tendances et résultats politiques
Pour les élections de 2007, Aulnay-sous-Bois était l’une des 82 communes[12] comptant plus de 3 500 personnes à utiliser les machines de vote. Elles ont été utilisées pour tous les bureaux de vote depuis les élections européennes de 2004. Le conseil municipal élu en 2008 a décidé de revenir au vote par bulletin de vote

Tendances et résultats politiques
Pour les élections de 2007, Aulnay-sous-Bois était l’une des 82 communes[12] comptant plus de 3 500 personnes à utiliser les machines de vote. Elles ont été utilisées pour tous les bureaux de vote depuis les élections européennes de 2004. Le conseil municipal élu en 2008 a décidé de revenir au vote par bulletin de vote papier.

Jumelage
Aulnay-sous-Bois a des jumelages avec : [13]

Sénégal Rufisque (Sénégal) depuis 2011.
État de Palestine Al-Ram (Palestine) depuis 2010.
République du Congo District d’Abala (République du Congo) depuis 2003.
Démographie
En 2017, la commune comptait 85 740 habitants.

Population historique
Année Pop. ±% p.a.
1793 580 —
1800 536 −1.12%
1806 563 +0.82%

1831 577 +1.18%
1836 584 +0.24%
1841 611 +0.91%
1846 622 +0.36%
1851 637 +0.48%
1856 646 +0.28%
1861 646 +0.00%
1866 680 +1.03%
1872 627 −1.34%
1876 765 +5.10%
1881 780 +0.39%
1886 1,012 +5.35%
1891 1,306 +5.23%
1896 1,878 +7.54%
Année Pop. ±% p.a.
1901 2,829 +8.54%
1906 4,417 +9.32%
1911 7,141 +10.08%
1921 11,928 +5.26%
1926 21,636 +12.65%
1931 31,426 +7.75%
1936 31,763 +0.21%
1946 32,356 +0.19%
1954 38,534 +2.21%
1962 47,507 +2.65%
1968 61,521 +4.40%
1975 78,137 +3.47%
1982 75,996 −0.40%
1990 82,314 +1.00%
1999 80,021 −0.31%
2007 82,513 +0.38%
2012 81,899 −0.15%
2017 85,740 +0.92%
Source : EHESS [14] et INSEE [15]
Le Centre d’analyse stratégique a mené une étude sur la ville : l’extrait ci-dessous tend à refléter une mauvaise réputation, pas nécessairement méritée dans tous ses aspects.

“Il serait erroné de présenter Aulnay simplement comme une commune défavorisée. C’est une ville qui est composée en partie de professions, de cadres moyens et supérieurs. C’est aussi une ville avec des ressources économiques importantes – trois centres économiques y sont situés : une usine PSA Peugeot Citroën, un centre du groupe L’Oréal, et un centre d’activité économique Garanor…”

En 2011, Aulnay-sous-Bois était la 55e commune la plus peuplée de France[16].

Économie
La ville a connu une bonne croissance grâce à l’implantation d’entreprises comme L’Oréal et PSA Peugeot Citroën. Cependant, le départ de Xerox France[17] et les craintes qui pèsent sur l’usine Citroën suscitent des inquiétudes[18].

Statistiques
Aulnay-sous-Bois comptait 3 398 entreprises commerciales en 2012 et 622 nouvelles entreprises ont été créées cette année-là[19].

Grandes entreprises
Aulnay-sous-Bois abrite la plus grande entreprise du département : Peugeot-Citroën Aulnay avec plus de 5 000 employés et une production d’environ 400 000 véhicules par an.

L’usine Peugeot-Citroën Aulnay du parc Robert Ballanger
L’Oréal est situé dans la commune (une rue et un chemin de la ville portent le nom de son fondateur Eugène Schueller), avec une usine au nord et un centre de recherche au sud.
Le parc logistique Garonor compte de nombreuses entreprises de fret.
Le centre commercial régional O’Parinor (voir shopping).
La ville elle-même emploie près de 2 400 personnes et constitue ainsi l’un des plus grands employeurs de la ville (voir Personnel administratif).

Principales entreprises dont le siège social est à Aulnay-sous-Bois [20] Données 2003
Nom Activité Chiffre d’affaires (en milliers) Site web
XEROX-FRANCE
(Xerox France a quitté Aulnay-sous-Bois en 2007 [17]) Matériel de bureau et informatique 996 565 € www.xerox.fr
Dépôts pharmaceutiques GAUX PHARMA DEPOTS 410 951
SOPROREAL (L’ORÉAL) Cosmétiques 140 200 € www.loreal.fr
XEROX DOCUMENT SUPPLIES Consommables de bureau €68,707
CONTRÔLES DE PUISSANCE – FRANCE (VYNCKIER) Équipement électrique 58 888
LOGISTIQUE DU FRET Transport de marchandises 32 759
GARONOR (AGF) Entreposage €30,819
PARIS NORD AUTOMOBILES Concessionnaires automobiles 30 265
Revêtements SOLDIS 28 956
Production automobile
En mai 1973, la première Citroën DS est sortie de la chaîne de production de la nouvelle usine Citroën d’Aulnay[21], qui a ensuite produit divers modèles Citroën et Peugeot et a parfois fait la une des journaux en tant que foyer de conflits industriels. Le 12 juillet 2012, PSA Peugeot Citroën a annoncé la fermeture définitive de l’usine d’Aulnay-sous-Bois pour cause de surcapacité[22].

Aulnay est également le site du dépôt souterrain des archives Citroën et des 370 voitures Citroën produites au fil des ans. Le dépôt, créé en 2002[23], n’est pas ouvert au public, mais les membres des clubs de passionnés Citroën et d’autres visiteurs importants y ont parfois accès.

Magasins
Le centre commercial régional O’Parinor est situé dans la commune.

Le centre commercial régional O’Parinor du parc Robert Ballanger

Aire de stationnement à O’Parinor en septembre 2009
Il existe un hypermarché Intermarché à Chanteloup.

Il y a au moins un marché tous les jours du mardi au dimanche :

Au Galion, au coeur de la Rose des Vents : les mardis, vendredis et dimanches
Au Vieux-Pays : les mercredis et samedis
Sur le Boulevard de Strasbourg : les mardis, jeudis et dimanches
Deux marchés se sont tenus sur la place des Etangs et dans le quartier d’Ambourget sans succès.

Culture et patrimoine
Patrimoine civil
La commune possède un certain nombre de bâtiments qui contiennent des objets enregistrés comme objets historiques :

La ferme de Savigny contient une sculpture de groupe : Saint Antoine (XIVe siècle)Logo monument historique – noir sans texte.svg [24]
La place de l’église contient une sculpture du groupe 12a : Saint Antoine (XIVe siècle)Logo monument historique – noir sans texte.svg [24]
L’héritage religieux

L’église Saint-Sulpice
La commune possède un bâtiment religieux qui est inscrit comme monument historique :

L’église Saint-Sulpice (XIIe siècle).logo monument historique – rouge sans texte.svg [25] L’église contient de nombreux éléments qui sont inscrits comme objets historiques :
12 vitraux anagogiques (20e siècle)Logo monument historique – noir sans texte.svg [26]
2 Pierres tombales d’Elisabeth Guibillon et de Jeanne Berson (17e siècle)Logo monument historique – noir sans texte.svg [27]
Une peinture : Le Christ et Sainte Marie-Madeleine (XVIIIe siècle)Logo monument historique – noir sans texte.svg [28]
Une peinture : Saint Vincent de Paul (XIXe siècle)Logo monument historique – noir sans texte.svg [29]
Une peinture : Le repas d’Emaüs (1711)Logo monument historique – noir sans texte.svg [30]
Une pierre tombale de Thomas Michel (1665)Logo monument historique – noir sans texte.svg [31]
Une pierre tombale de Jacques Longer (1711)Logo monument historique – noir sans texte.svg [32]
Une pierre tombale de Louis Le Clerc de Cottier (1679)Logo monument historique – noir sans texte.svg [33]
Une pierre tombale de Robert la Nesle (1745)Logo monument historique – noir sans texte.svg [34]
Une peinture : Le repas d’Emaüs (1713)Logo monument historique – noir sans texte.svg [35]
Une peinture : Saint Roch et la peste (XVIIIe siècle)Logo monument historique – noir sans texte.svg [36]
Une plaque d’argent et 2 burettes d’argent (1826)Logo monument historique – noir sans texte.svg [37]
Une statue : Vierge à l’enfant (XVIIe siècle)Logo monument historique – noir sans texte.svg [38]

Une console (18e siècle)Logo monument historique – noir sans texte.svg [39]
2 Sculptures : Anges assis tenant un bouclier (18e siècle)Logo monument historique – noir sans texte.svg [40]
10 fenêtres décoratives (19e siècle)Logo monument historique – noir sans texte.svg [41]
2 vitraux de Saint Dominique et de Saint Roch (1865)Logo monument historique – noir sans texte.svg [42]
2 vitraux de l’Assomption et de la Résurrection (1866)Logo monument historique – noir sans texte.svg [43]
D’autres églises contiennent des objets enregistrés comme objets historiques :

La chapelle Saint-Paul d’Ambourget contient des vitraux abstraits (XXe siècle)Logo monument historique – noir sans texte.svg [44]
L’église Saint-Joseph au 57 avenue de la Croix-Blanche contient :
10 vitraux représentant des saints (1934-1940)Logo monument historique – noir sans texte.svg [45]
2 vitraux de Saint-Adrien et de Sainte-Marthe (1934)Logo monument historique – noir sans texte.svg [46]
2 vitraux de Sainte-Marie (1942)Logo monument historique – noir sans texte.svg [47]
2 vitraux du Bon Pasteur et de la Vierge à l’Enfant (20e siècle)Logo monument historique – noir sans texte.svg [48]
Un vitrail consacré à Saint-Joseph (1920)Logo monument historique – noir sans texte.svg [49]
L’église Saint-Pierre de Nonneville, au 54 rue de Reims, contient :
10 vitraux géométriques (20e siècle)Logo monument historique – noir sans texte.svg [50]
Un vitrail abstrait (20e siècle)Logo monument historique – noir sans texte.svg [51]
Parcs
Aulnay dispose de 153 hectares d’espaces verts dont voici les principaux :

Le parc départemental de Sausset qui traverse à la fois Aulnay-sous-Bois et Villepinte (200 hectares – le 2ème plus grand du département)

Le parc départemental du Sausset et la ville des 3000 (Rose des Vents) en arrière-plan
Parc communal Robert Ballanger (29 hectares), avec un belvédère où l’on peut voir la Tour Eiffel et le Sacré-Cœur

Le parc Robert Ballanger et la ville des 3000 (Rose des Vents) en arrière-plan

Les rives du canal de l’Ourcq
Parc Dumont, avenue Dumont
Parc de Gainville, parc des cygnes, rue de Sevran (7,6 hectares), à côté de la maison Gainville – la plus ancienne maison d’Aulnay (datant du 17e siècle)
Parc Émile Zola, boulevard Émile Zola (4,4 hectares)
Parc du Faure, route circulaire (9 hectares)
Parc Bigottini, avenue de la Croix-Blanche
Roseraie Honoré Daumier, avenue du Maréchal juin (8 hectares et 2 500 plants de roses)
Les rives du canal de l’Ourcq
Serres municipales, rue Auguste Renoir
Installations
Équipements culturels

Le Conservatoire de musique

Le théâtre et le cinéma Jacques Prévert
Le Théâtre et cinéma Jacques Prévert est un centre multiculturel qui offre une programmation diversifiée de spectacles pour adultes et jeunes publics. Il peut accueillir 100 000 spectateurs par an et propose tout au long de l’année : théâtre, danse, chansons et opéra. C’est aussi un cinéma. Les deux théâtres (dont le plus grand compte 700 places) présentent vingt films par mois.
Le CAP est un établissement culturel dédié à la musique contemporaine et à tous les genres de musique du monde. Il dispose d’un théâtre d’une capacité de plus de 500 personnes et organise environ quatre à cinq concerts par mois. Il propose également un enseignement à travers 17 ateliers pour la pratique instrumentale à tous les niveaux : percussions, instruments à cordes, instruments à vent, guitare, etc. ainsi qu’en technique vocale et en chant gospel. Le soutien aux jeunes talents est également l’un des objectifs de la PAC. Trois studios de répétition et un centre de ressources sont à la disposition des musiciens amateurs pour les aider à réaliser leurs projets, des informations sur les contrats, le statut intermittent du spectacle, les adresses des lieux de jeu, et bien d’autres fonctions.
Le Conservatoire de musique et de danse est une antenne départementale (CRD) qui propose des cours individuels et collectifs pour les enfants à partir de 4 ans : accordéon, alto, basson, clarinette, clavecin, basse, cor, flûte, guitare, harpe, hautbois, piano, percussions, saxophone, trombone, trompette, tuba, violon et violoncelle.

.

Le Centre de danse du Galion accueille et soutient les jeunes dans leurs activités artistiques avec trois studios de répétition, des stages et des cours réguliers. Il est reconnu comme Centre de Ressources pour la Pratique de la Danse Amateur en Ile-de-France. Pour promouvoir la danse sous toutes ses formes, il organise des rencontres entre différentes expériences, expressions, et soutient la création de jeunes chorégraphes.
L’école d’art Claude Monet est l’une des plus grandes écoles non diplômantes de France. Elle est ouverte aux enfants et aux adultes. Douze enseignants forment chaque année près de 800 apprentis artistes et leur font découvrir des techniques de différentes disciplines artistiques : dessin, peinture, gravure, tapisserie, photographie, céramique, sculpture, dessin animé, graphisme et histoire de l’art. Leur mission d’enseignement est complétée par la conception, l’organisation et la présentation d’expositions favorisant la rencontre entre le public et les œuvres d’art.
Le CREA est une structure d’enseignement des arts unique en France. Il est établi au théâtre Jacques Prévert et prévoit de construire un centre dans le Vieux Pays. Son directeur, Didier Grosjman, et son équipe ont réalisé de nombreux projets avec des écoles, des collèges, des enfants autistes, des étudiants et des enseignants. Quatre cours “permanents” ont été proposés depuis sa création il y a 25 ans :
L’éveil pour les enfants de 7-8 ans
avant-scène (Forestage) pour les 8 à 11 ans
chœur de scène pour les enfants de 10 à 18 ans qui jouent à l’Opéra Bastille et à l’Opéra de Vichy
Créa’tures, le chœur des jeunes adultes.

Bibliothèque Dumont
5 bibliothèques et un Mediabus : [52]
Bibliothèque Dumont, Boulevard du Général Gallieni
Bibliothèque Guillaume Apollinaire, rue Turgot
Bibliothèque Alphonse Daudet, rue du Hameau
Bibliothèque Jules Verne, rue du Limousin
Bibliothèque Elsa Triolet, rue Saturn
Une sonothèque, rue Roger Contensin
Événements culturels et festivals

Peut-être un précurseur de la fête du Canal de l’Ourcq (carte postale du début du XXe siècle)
En 1981 et 1982, Aulnay-sous-Bois a été une ville-étape des 68e et 69e Tours de France lors de la 10e étape (Le Mans-Aulnay-sous-Bois) en 1982 et de la 20e étape en 1982 (Sens-Aulnay-sous-Bois).

Chaque hiver, une patinoire extérieure (600 mètres carrés en 2006-2007) est installée à la Ferme du Vieux Pays.

Tous les lundis de Pâques, une foire de printemps réunit des antiquités, un marché aux puces et un vide-grenier. Elle rassemble environ 1 500 exposants entre le Vieux Pays et la Place du Général Leclerc.

Le théâtre et le cinéma Jacques Prévert organise en mai le festival Les Panoramiques, un festival de pratiques artistiques pour les amateurs. Il réunit pendant une semaine différentes compagnies théâtrales d’enfants, d’adolescents et d’adultes qui présentent leurs créations sur scène.

Chaque année, en novembre, a lieu le festival Aulnay All Blues[53].

Début juin, il y a le Festival des villes en fleurs et du vélo au parc de Gainville (Parc des Cygnes).

Un festival de musique militaire est prévu le deuxième samedi de juin. Des groupes de plusieurs pays européens sont invités. Le matin, un défilé est organisé dans la ville depuis le parc Dumont, suivi d’un concert en plein air au parc Dumont. L’après-midi, il y a un défilé de la ferme du Vieux Pays et un concert au gymnase Pierre Scohy.

Le Festival du Canal de l’Ourcq a lieu à la mi-juin entre le port des Pavillons sous Bois et la porte des Jardins Perdus.

L’un des événements du Festival de musique militaire en 2013
La traditionnelle fête de l’arbre se déroule pendant deux jours au début du mois de novembre au parc Dumont. Des expositions et des ateliers pour enfants sont organisés autour des arbres, de la nature et de la faune. Le parcours d’aventure d’arbre en arbre est gratuit pour tous.

Le festival de hip-hop, H2O (A Hip Hop Organization), est organisé par le Centre de Danse du Galion en partenariat avec le théâtre et le cinéma Jacques Prévert et la scène musicale actuelle Le Cap en décembre. Depuis 10 ans, il rassemble l’avante-garde de la scène hip-hop française.

Le Battle VNR, chaque dernier dimanche de mai, est un événement de break-dance hip-hop qui se déroule depuis 2002.

La ville a accueilli le Championnat de France de boxe 2012[54].

Le festival Les Futuriales a lieu chaque année au parc Dumont depuis 2010. Il a pour thème la littérature de l’imaginaire et réunit plus de 60 auteurs en une journée[55]. Il est co-organisé par les Bibliothèques Folies d’Encre et le réseau des bibliothèques.

Éducation

École primaire Le Parc

Le Collège Claude Debussy en août 2009

Le Collège Pablo Néruda en décembre 2009
L’éducation des très jeunes enfants :

6 crèches collectives à temps plein
Les écoles publiques : [56]

23 écoles maternelles/jardins d’enfants publics
30 écoles primaires publiques
A la fin de l’année 2007-2008, l’école primaire de Bougainville a été fermée – Le parisien, édition 93 du 3 septembre 2007 [qui ?]
7 collèges publics
un projet pour une 7ème école dans le sud est en cours [citation nécessaire] [quand ?]
2 écoles secondaires publiques
Lycée polyvalent régional Voillaume
Lycée Jean Zay
Les écoles privées : [56]

1 établissement privé d’enseignement préscolaire, primaire, secondaire et supérieur : Institution l’Espérance
1 école maternelle, primaire et secondaire privée : Protectorat Saint-Joseph
Santé

Hôpital Robert Ballanger
Il existe trois établissements de santé à Aulnay-sous-Bois :

Le Centre Hospitalier Robert Ballanger : l’hôpital intercommunal d’Aulnay-sous-Bois, Villepinte et Sevran (1750 employés)[57].
L’hôpital de gérontologie René Muret-Bigottini est à cheval sur la frontière entre Sevran et Aulnay-sous-Bois.
La “Clinique d’Aulnay, Hôpital privé de l’Est de Paris
Sports
Stade olympique de natation “Coursailles” (jusqu’à 2700 personnes par jour) [58]

L’entrée de la piscine des Coursailles en 2009
8 gymnases
Les stades :
Vélodrome
5 stades polyvalents
2 complexes sportifs
3 complexes de tennis

Le Vélodrome en 2009
Culte

Église Saint-Joseph
Le culte catholique :
Église Saint-Sulpice, rue de Sevran.
Église Saint-Pierre de Nonneville, rue de Reims
Église Saint-Paul d’Ambourget, rue du 8 mai 1945
Église Saint-Jean, galerie Surcouf
Chapelle de Notre-Dame du Coudray, rue Francis Creno
Eglise Saint-Joseph (y compris à Noël et chaque dimanche à 9h30 elle offre la messe en polonais), avenue de la Croix Blanche.
Culte protestant : Temple de l’Église réformée de France, boulevard Gourgues.
Culte musulman :
Association culturelle des musulmans de la Rose des Vents, rue Auguste Renoir
Association culturelle des musulmans d’Aulnay, Rue de l’Esprit
Association culturelle des musulmans de Mitry, Allée des Cyprès
Le culte juif :
Synagogue, Allée du Clermont-Tonnerre
Synagogue, Rue Dupuis
Personnes notables

Gainville House, la plus ancienne maison d’Aulnay, où a vécu Claude Louis Berthollet [59]
Amine, chanteur
Robert Ballanger, homme politique
Claude Louis Berthollet, inventeur
Thomas Bouhail, médaillé d’argent en gymnastique de saut (2008)
Olivier Dacourt, joueur de football à l’Inter Milan
Guy Decomble, acteur, né le 12 novembre 1910
Alou Diarra, footballeur
Boubakary Diarra, footballeur au FC Torino (Italie)
Nicolas Douchez, footballeur au Paris Saint-Germain
John Dovi, champion de boxe poids lourds, entraîneur national de la Fédération française de boxe
Boukary Dramé, footballeur au FC Sochaux
Joachim Ekanga-Ehawa, basketteur au Paris-Levallois Basket
Paul Éluard, écrivain et poète
Françoise Hardy, actrice, chanteuse, autobiographe
Jack Harris né Jacques Estevant (1940), compositeur, romancier et poète français
Jean-Louis Mandengue, champion de France de boxe poids lourds
Aya Nakamura, chanteuse
Sefyu, rappeur
Moussa Sissoko, footballeur de Tottenham Hotspur et de l’équipe nationale française
Saïd Taghmaoui, acteur de cinéma
Teddy Tamgho, champion du monde et détenteur du record du monde du triple saut en salle (2010)
Ali Traoré, basketteur à l’ASVEL Lyon-Villeurbanne
Vald, rappeur
Bibliographie
Aulnay-sous-Bois, jeunesse d’un vieux pays, Jacques Varin, 1982 (en français)
Aulnay-Sous-Bois (Histoire de) Jules Princet, 1936 (réimpression 2004), ISBN 2843730546 (en français)

Heydiag se fera un plaisir de répondre à toutes vos questions concernant vos diagnostics immobiliers et de vous proposer les meilleurs prix.

Nous vous invitons à lire les avis de nos clients sur nos services.

Il vous suffit de taper Heydiag sur Google.