Diagnostic Immobilier FONTAINEBLEAU

Share on facebook
Share on linkedin
Share on whatsapp

Pour tous vos diagnostics immobiliers pour un achat ou une location d’appartement ou de maison à FONTAINEBLEAU faites appel à Heydiag au 09 77 77 36 99 ou par email à contact@heydiag.fr .

Heydig Diagnostic immobilier intervient à FONTAINEBLEAU pour tous vos diagnostics par exemple:
Diagnostic Amiante

Diagnostic Assainissement

Diagnostic Électricité

Diagnostic Plomb

Diagnostic Termites

Diagnostic de Performance Énergétique (DPE)

Diagnostic gaz

Etat des Risques Pollution (ERP)

Loi Carrez

Diagnostic Loi Boutin

Fontainebleau (/ˈfɒntɪnˌbloʊ ; prononciation française : [fɔ̃tɛnblo])[2] est une commune de l’aire métropolitaine de Paris, en France. Elle est située à 55,5 kilomètres au sud-sud-est du centre de Paris. Fontainebleau est une sous-préfecture du département de Seine-et-Marne, et c’est le siège de l’arrondissement de Fontainebleau. La commune a la plus grande superficie de la région Île-de-France ; elle est la seule à couvrir un territoire plus vaste que Paris lui-même.

Fontainebleau, avec la commune voisine d’Avon et trois autres communes plus petites, forme une agglomération de 39 713 habitants (selon le recensement de 2001). Cette zone urbaine est un satellite de Paris.

Fontainebleau est réputée pour sa grande et pittoresque forêt de Fontainebleau, une escapade de week-end très prisée des Parisiens, ainsi que pour le château historique de Fontainebleau, qui appartenait autrefois aux rois de France. C’est également le siège de l’INSEAD, l’une des écoles de commerce les plus prestigieuses du monde.

Les habitants de Fontainebleau sont parfois appelés Bellifontains.

Contenu
Histoire
Fontainebleau a été enregistrée sous les formes latinisées Fons Bleaudi, Fons Bliaudi et Fons Blaadi aux XIIe et XIIIe siècles, comme Fontem blahaud en 1137, comme Fontaine belle eau (étymologie populaire “fontaine de belle eau”) au XVIe siècle, comme Fontainebleau et Fontaine belle eau en 1630, et comme le latin Fons Bellaqueus inventé et fantaisiste au XVIIe siècle[3], qui est à l’origine du nom fantaisiste Bellifontains des habitants. Contrairement à l’étymologie populaire, le nom vient du nom composé médiéval de fontaine, qui signifie source (tête de fontaine) et fontaine, et de blitwald, composé du nom personnel germanique Blit et du mot germanique pour forêt[4].

Ce hameau a été doté d’un pavillon de chasse royal et d’une chapelle par Louis VII au milieu du XIIe siècle. Un siècle plus tard, Louis IX, dit Saint Louis, qui tenait Fontainebleau en haute estime et l’appelait “sa contrée sauvage”, y fit construire une maison de campagne et un hôpital.

Philippe le Bel y est né en 1268 et y est mort en 1314. En tout, trente-quatre souverains, de Louis VI le Gros (1081-1137) à Napoléon III (1808-1873), ont séjourné à Fontainebleau.

Le lien entre la ville de Fontainebleau et la monarchie française se renforce avec la transformation de la bastide royale en un véritable palais royal, le Palais de Fontainebleau. C’est le grand bâtisseur-roi François Ier (1494-1547) qui, dans le plus grand de ses nombreux projets de construction, reconstruit, agrandit et transforme le château royal de Fontainebleau en une résidence qui devient sa préférée, ainsi que la résidence de sa maîtresse, Anne, duchesse d’Étampes.

Du XVIe au XVIIIe siècle, tous les souverains, de François Ier à Louis XV, ont procédé à d’importantes rénovations du château de Fontainebleau : démolitions, reconstructions, agrandissements, embellissements de diverses natures, qui ont donné au château un caractère un peu hétérogène mais harmonieux.

Le 18 octobre 1685, Louis XIV y signe l’édit de Fontainebleau. Connu également sous le nom de Révocation de l’Edit de Nantes, ce fiat royal annule l’autorisation accordée aux huguenots en 1598 de pratiquer le culte public dans des lieux déterminés et de détenir certains autres privilèges. Il en résulta qu’un grand nombre de protestants furent contraints de se convertir à la foi catholique, tués ou contraints à l’exil, principalement dans les Pays-Bas, en Prusse et en Angleterre[5].

Le traité de Fontainebleau de 1762, un accord secret entre la France et l’Espagne concernant le territoire de la Louisiane en Amérique du Nord, a été conclu ici. De même, les négociations préliminaires, qui ont eu lieu avant la signature du traité de Paris de 1763, mettant fin à la guerre de Sept Ans, se sont déroulées à Fontainebleau.

Pendant la Révolution française, Fontainebleau a été temporairement rebaptisée Fontaine-la-Montagne, ce qui signifie “Fontaine par la Montagne”. (La montagne à laquelle il est fait référence est l’ensemble des formations rocheuses situées dans la forêt de Fontainebleau).

Le 29 octobre 1807, Manuel Godoy, chancelier du roi d’Espagne, Charles IV et Napoléon signent le traité de Fontainebleau, qui autorise le passage des troupes françaises sur les territoires espagnols afin qu’elles puissent envahir le Portugal.

Le 20 juin 1812, le pape Pie VII arrive au château de Fontainebleau, après un transfert secret de Savone, accompagné de son médecin personnel, Balthazard Claraz. En mauvaise santé, le pape est prisonnier de Napoléon, et il reste dans sa prison huppée de Fontainebleau pendant dix-neuf mois. De juin 1812 au 23 janvier 1814, le pape ne quitte jamais ses appartements.

Le 20 avril 1814, Napoléon Bonaparte, peu avant sa première abdication, fait ses adieux à la Vieille Garde, les célèbres grognards (gripers) qui ont servi avec lui depuis ses premières campagnes, dans la “cour du Cheval Blanc” du Palais de Fontainebleau. (La cour a depuis été rebaptisée “Cour des Adieux”.) Selon des sources contemporaines, l’occasion était très émouvante. Le traité de Fontainebleau de 1814 dépouille Napoléon de ses pouvoirs (mais pas de son titre d’empereur des Français) et l’envoie en exil sur l’île d’Elbe.

Jusqu’au XIXe siècle, Fontainebleau est un village et un faubourg d’Avon. Plus tard, elle s’est développée comme une ville résidentielle indépendante.
Pour les Jeux olympiques d’été de 1924, la ville a accueilli la partie équestre de l’épreuve de pentathlon moderne. Cet événement se déroulait près d’un terrain de golf[6].

En juillet et août 1946, la ville a accueilli la Conférence franco-vietnamienne, destinée à trouver une solution à la lutte longtemps contestée pour l’indépendance du Vietnam de la France, mais la conférence s’est soldée par un échec.

Fontainebleau accueille également l’état-major général des forces alliées en Europe centrale (Allied Forces Center ou AFCENT) et le commandement des forces terrestres (LANDCENT) ; le commandement des forces aériennes (AIRCENT) est situé à proximité, au camp Guynemer. Ces installations ont été en place depuis la création de l’OTAN jusqu’au retrait partiel de la France de l’OTAN en 1967, lorsque les États-Unis ont rendu ces bases sous contrôle français. L’OTAN a déplacé l’AFCENT à Brunssum aux Pays-Bas et l’AIRCENT à Ramstein en Allemagne de l’Ouest. (Il est à noter que le Grand Quartier général des puissances alliées en Europe, également connu sous le nom de SHAPE, était situé à Rocquencourt, à l’ouest de Paris, à une certaine distance de Fontainebleau).

En 2008, le Championnat du monde de tennis réel masculin (Jeu de Paume) s’est tenu sur le court de tennis du château. Le Championnat du monde de tennis réel est le plus ancien du sport et Fontainebleau possède l’un des deux seuls courts actifs en France.

Tourisme
Fontainebleau est une destination touristique populaire ; chaque année, 300 000 personnes visitent le palais[7] et plus de 13 millions de personnes visitent la forêt[8].

La forêt de Fontainebleau
La forêt de Fontainebleau entoure la ville et des dizaines de villages voisins. Elle est protégée par l’Office national des forêts et reconnue comme parc national français. Elle est gérée de manière à ce que ses plantes et ses arbres sauvages, comme le rare arbre de service de Fontainebleau, et ses populations d’oiseaux, de mammifères et de papillons, puissent être conservés. C’est un ancien parc de chasse royal souvent visité par les randonneurs et les cavaliers. La forêt est également très appréciée pour la pratique du bloc et est particulièrement populaire parmi les grimpeurs, car c’est la plus grande zone aménagée de ce type au monde.

Château royal de Fontainebleau
Le château royal de Fontainebleau est un grand palais où les rois de France ont pris leurs aises. C’est également le lieu où la cour royale française, à partir de 1528, a accueilli l’ensemble des nouvelles idées qui ont été connues sous le nom de Renaissance.

Le centre ville
INSEAD
Le campus européen (et historique) de l’école de commerce INSEAD est situé à l’orée de Fontainebleau, à côté du lycée François Couperin. Les étudiants de l’INSEAD vivent dans des logements locaux dans la région de Fontainebleau, et plus particulièrement dans les villes environnantes.

Autres notables
Les tombes de G. I. Gurdjieff et de Katherine Mansfield se trouvent dans le cimetière d’Avon.

Transport
Fontainebleau est desservie par deux gares de la ligne ferroviaire Transilien Paris-Lyon : Fontainebleau-Avon et Thomery. La gare de Fontainebleau-Avon, la gare la plus proche du centre de Fontainebleau, est située près de la ligne de démarcation entre la commune de Fontainebleau et la commune d’Avon, du côté Avon de la frontière.

Hôpital
Fontainebleau dispose d’un campus du Centre hospitalier Sud Seine et Marne.

Personnes notables
François Ier de France, a construit une grande partie du palais
Philippe IV de France, né et décédé à Fontainebleau
François II de France, né à Fontainebleau
Henri III de France, né à Fontainebleau
Henri IV de France, construit une partie du palais
Louis XIII, roi de France, né à Fontainebleau
Louis XIV de France, construit une partie du palais
Louis XV, roi de France, a construit une partie du palais
Louis XVI et Marie-Antoinette, roi et reine de France, ont construit une partie du palais
Christina, reine de Suède ; son amant, Gian Rinaldo Monaldeschi, a été assassiné à Fontainebleau
Pierre Levassor (1808-1870), acteur
Alfonso XIII, roi d’Espagne, après son abdication
Aga Khan IV, magnat du commerce international
Anna Elizabeth Klumpke, une artiste du début du XXe siècle
Ernst August, prince de Hanovre et Caroline, princesse de Hanovre
Rosa Bonheur, une artiste du XIXe siècle
Katherine Mansfield (1888-1923), nouvelliste néo-zélandaise, est morte à Fontainebleau
Lilian Thuram, joueur de football, vainqueur de la Coupe du monde et du Championnat d’Europe
Django Reinhardt, mort près de Fontainebleau, à Samois-sur-Seine
Napoléon
Le pape Pie VII, a vécu (comme prisonnier de Napoléon) dans le palais
Napoléon III
Robert Louis Stevenson, romancier, poète, essayiste et écrivain de voyage écossais [9]
Lin Fengmian, célèbre peintre chinois qui prône la synthèse des techniques occidentales et des traditions orientales et qui sera plus tard connu comme le père de la peinture chinoise moderne, a fait des études de français à Fontainebleau avant d’entreprendre des études artistiques à l’École nationale supérieure des beaux-arts de Paris
Gabrièle Buffet-Picabia (1881-1985), critique d’art, première femme du peintre Francis Picabia est née à Fontainebleau
Pascal Lecocq, né en 1958, artiste peintre, a étudié à l’École Comairas (1973-1977) et a exposé pour la première fois en 1977 ;
Mark Maggiori, chanteur principal de Pleymo
Oscar Milosz, poète, romancier, dramaturge et diplomate lituanien, est mort à Fontainebleau en 1939.
Jumelage
Fontainebleau est jumelée avec les villes suivantes :

Allemagne Constance, Allemagne, depuis le 28 mai 1960
Royaume-Uni Richmond-upon-Thames, Angleterre, Royaume-Uni, depuis 1977[10]
Cambodge Siem Reap, Cambodge, depuis le 11 juin 2000
Chine Nanjing, Chine
Italie Lodi, Italie depuis 2011
Portugal Sintra, Portugal depuis 2016

Heydiag se fera un plaisir de répondre à toutes vos questions concernant vos diagnostics immobiliers et de vous proposer les meilleurs prix.

Nous vous invitons à lire les avis de nos clients sur nos services.

Il vous suffit de taper Heydiag sur Google.