Comment se passe un diagnostic gaz ?

Comment se passe un diagnostic gaz

Comment se passe un diagnostic gaz ? Le diagnostic gaz est un processus obligatoire pour la vente ou la location d’un bien immobilier lorsque l’installation date de plus de 15 ans. Ce diagnostic permet d’anticiper les risques de fuite de gaz ou d’intoxication et surtout de renforcer la sécurité de l’acquéreur. En quoi consiste cette intervention et comment se déroule-t-elle ? Voici tout ce qu’il faut savoir sur le diagnostic gaz en cas de vente immobilière.

Qu’est-ce que le diagnostic gaz

Le diagnostic gaz consiste à vérifier l’état de l’installation intérieure de gaz dans une maison. Il permet de faire ressortir les potentiels risques d’accidents domestiques. Il s’intéresse également aux risques liés aux fonctionnements et à l’état de conservation des installations du gaz.

Alors comment se passe un diagnostic gaz ?

Le diagnostic gaz est encadré par le code de la construction et de l’habitat. Il aide à prévenir les dangers liés aux explosions, aux incendies, aux fuites de gaz, aux intoxications par monoxyde de carbone.

D’après une étude de GRDF, 98 % des accidents de maison liés au gaz sont causés par le manque d’entretien ou la vétusté des installations de gaz. Le diagnostic gaz permet donc de responsabiliser les propriétaires et de communiquer les informations spécifiques sur l’installation aux futurs acquéreurs.

Comment se fait un diagnostic gaz ?

Tout d’abord avant de se demander comment se passe un diagnostic gaz, parlons du moment ou l’on le réalise. Le moment idéal pour réaliser un diagnostic gaz est celui de la vente du bien. Ainsi, vous avez la garantie que la durée de validité du bien couvre toute la période de la transaction. Le vendeur pourra alors présenter le bilan du diagnostic à l’acheteur durant une visite du logement.

Qu’est-ce que le diagnostic gaz

Tout comme le diagnostic électricité, le diagnostic gaz est encadré par diverses normes de qualité et nécessite de passer par plusieurs points de contrôle. Les opérateurs vont donc effectuer une inspection minutieuse de l’installation au gaz, et vérifier les éléments comme :

  • Les tuyauteries de gaz ;
  • Les appareils et les entrées de raccordement aux tuyaux ;
  • Les systèmes de ventilations et d’aérations des pièces ;
  • Les combustions.

En raison de son importance, il est recommandé qu’il soit réalisé par un diagnostiqueur certifié, doté d’un niveau d’expertise élevé. Il est possible de trouver de bons diagnostiqueurs chez Heydiag, le leader en matière de diagnostic, dans la région parisienne et à l’Île de France. Il propose un prix diagnostic immobilier très concurrentiel. Une fois le bilan effectué, l’opérateur chargé de faire le diagnostic vous remet un rapport sur l’état de l’installation intérieure de gaz à valeur légale.

Comment se fait un diagnostic gaz

Le rapport précise les éventuelles anomalies qui sont ensuite consignées dans le dossier de diagnostic avec leur degré de gravité. Pour le moment, il existe trois degrés de gravité :

Diagnostic gaz : A1

Il indique un risque léger, et n’implique pas de travaux. Le diagnostiqueur ou l’opérateur chargé de la mission présentera par la suite, les recommandations et les conseils à prendre en compte pour les prochaines réparations.

Diagnostic gaz : A2

Ce niveau de gravité signale des anomalies et des risques probables. Dans ce cas, le diagnostiqueur doit ordonner des travaux de réparations à réaliser avant une certaine échéance.

Diagnostic gaz : DGI

Le DGI équivaut à la présence d’un danger grave imminent. L’opérateur est obligé de couper le gaz en attendant la mise à jour de l’installation. Il doit informer le distributeur de gaz pour s’assurer que l’alimentation de gaz reste fermée jusqu’à l’élimination des risques.

Dans le cas d’une anomalie de type A2 ou DGI, les travaux de réparations ou de mise à jour sont obligatoires pour le propriétaire du logement.